Mercredi, 1 Septembre 2010
PDF | Imprimer | Envoyer
Tribune Libre – Ait Benali Boubekeur

L’association environnementale « Les amis de la terre » du village Ihaddadene, distant de 70 km du chef lieu de la wilaya de Tizi Ouzou, a organisé une semaine d’activités d’un niveau très appréciable. En effet, les membres de cette association ont su régaler leurs concitoyens, pendant le mois de ramadhan, de diverses festivités. Bien que ses membres aient assigné un but écologique à leur association, notamment la propreté et la plantation des arbres, il n’en reste pas moins que ces derniers ont une propension réelle pour la culture. Ainsi, dés le début du ramadhan, les villageois ont pu assister à plusieurs représentations théâtrales. Celles-ci sont ponctuées par la programmation de conférences-débats.

Du coup, en ce début du mois, l’association écologique a invité un spécialiste agricole, en l’occurrence le Dr Akli Moussoni, pour parler des enjeux environnementaux de façon général et de la nécessité d’exploiter la réserve florale ― superflue selon certains ― dont dispose la région. D’emblée, le conférencier rappelle la naissance du mouvement écologique dont la préoccupation est l’environnement. Il exhorte ensuite les citoyens à se prendre en charge sans attendre qu’on le fasse tout à leur place. En revanche, il est impératif, pour lui, de sortir du paradigme selon lequel les aides sont inexistantes. Tout en mettant en exergue les embûches administratives, le Dr Moussouni rassure qu’en établissant une fiche technique bien structurée, l’association pourra bénéficier des aides conséquentes tout en reconnaissant que les entraves sont réelles. Mais elles ne devraient pas, a-t-il dit, dissuader les gens d’envisager un financement de leurs projets de développement.

Par ailleurs, lors du débat, les citoyens ont montré un intérêt incommensurable à ce thème. La discussion ne s’est achevée que vers une heure du matin. L’expert a d’ores et déjà pris rendez-vous avec les villageois pour une nouvelle rencontre. Il étayera la prochaine fois, a-t-il allégué, ses dires avec des preuves tangibles. En somme, cette participation est une preuve de l’intérêt que porte le citoyen à son entourage. Il faudrait encore d’autres rencontres pour le sensibiliser sur des sujets inhérents à sa situation sociale, économique et voire politique.

Boubekeur Ait Benali
3 septembre 2010