C’est décidé, je vais porter plainte. Cette femme de ménage d’un hôtel de Manhattan qui a porté plainte contre DSK le numéro un du FMI, m’a insufflé assez de courage pour le faire.

Je vais porter plainte contre les dénommés Abdelaziz B, son frère Said, leurs amis, Toufik, Khaled et leurs potes, qui depuis vingt ans violent matin, midi et soir une femme de ménage connue sous le pseudonyme de Chaab, dans plusieurs chambres de l’hôtel El-Jazaïr.

Un viol collectif est commis quotidiennement dans cet hôtel, sur la dénommée Chaab.

Copie du rapport de la police du disparu Hamel CP-PD (Club des Pins Police Department)

Janvier 1991, une employée de l’hôtel El-Jazaïr, de sexe féminin, connue sous le nom de Chaab, avise la police qu’elle a été victime d’une agression sexuelle. L’agression se serait déroulée dans la chambre 1962 de l’hôtel situé rue du 5 Octobre 1988.

Un groupe, constitué de Toufik, Khaled, Said et Abdelaziz, relayés par leurs associés Chakib K, Ahmed O, Nourdinne Z, Djamel OA, Amar G, Boubakeur B, organise des orgies forcées avec la malheureuse.

Le groupe de malfaiteurs, une fois sa salle besogne finie, et son détestable besoin animal assouvi, s’attaque sans vergogne aux objets de famille de la victime, ses petites économies sont confisquées, son bidon de mazout, et ses lopins de terres sont vendus à des receleurs.

Même l’histoire de la misérable Chaab a été profanée, son honneur souillé et sa dignité bafouée.

A l’heure ou ces lignes sont écrites, Chaab, subit encore et toujours, les assauts de cette horde sauvage.

Ghani Mahdi
17 mai 2011