Vous m’avez traité récemment de français, moi qui suis né dans les hauts plateaux, plus précisément à Sétif, ville qui s’est élevée contre la France le 8 mai 1945 ; mon père et ma mère étaient parmi les manifestants, tes amis les Français ont répondu à cette manifestation pacifique par le massacre de 45 000 Algériens, des Sétifiens furent embarqués dans des camions jusqu’aux gorges de Kharata et jeté sur des rochers !

Je suis né à Sétif, mes parents aussi, mes frères et sœurs, mes amis d’enfance ainsi que mes camarades de classe…

Dans les histoires de mes grands parents, point de référence à un ancêtre français ; dans nos livres d’histoire les Français nous ont colonisés après la fameuse histoire de l’éventail !

Je suis en train de lire un livre d’histoire, pour voir si nos professeurs d’école nous ont menti ; ce livre a pour titre : L’Algérie durant la période ottomane de Mahfoud Kaddache. Eh bien croyez-moi si vous le voulez, M. Medelci, on y trouve le Royaume de Tlemcen, les Zyanides, les tribus berbères dans les montagnes de l’Ouarsenis et du Dahra, les Hafcides à Constantine, dans les villes de Bône et de Collo, on y parle aussi des tribus des Nemencha dans la région de Tébessa, des Zénètes dans les Aurès, des Douaoudia dans la Hodna, des Ben Djallab de Tougourt et les Oasis… Je n’ai pas trouvé un seul ancêtre français.

Alors de deux choses l’une : soit vous êtes un ministre qui ne connaît pas l’histoire de son pays, et là vous êtes un incompétent, ou bien vous êtes un menteur et un collaborateur au service d’un pays qui ne veut pas s’excuser des crimes contre l’humanité qu’il a commis contre mon peuple en Algérie.

M. Medelci, je sais que França représente pour vous et vos acolytes une future terre d’asile, je sais que le sang qui coule dans vos veines et le même que celui qui coule dans les veines de Janette Boughrab, dont le père harki a assassiné 60 Algériens avant l’indépendance, mais de grâce, évitez à l’avenir de dire que je suis français avant le traité de Rome, car je ne l’ai jamais été et ne le serai jamais ; je suis un Berbère qui vous vomis vous et la France.

Ghani Mahdi
11 décembre 2011