jlmichonLes musulmans et musulmanes d’Europe ont été affectés par le décès de Jean-Louis Michon survenu le 22 février dernier à Genève.

Dr Jean-Louis Michon, une éminente personnalité de l’Oumma musulmane, qui a en particulier traduit le Coran en français, est né à Nancy (France) en 1924, et a embrassé l’islam en 1945, après avoir lu un article dans la Revue africaine sur un cheikh soufi algérien Ahmad al-Alawî, fondateur de la confrérie alawiyya, décédé dix ans auparavant. Dans l’article était mentionné le fait qu’en Europe l’islam avait des disciples, de même que la cause algérienne, même en France. Le jeune homme de 21 ans, en quête d’un maître spirituel, décida alors de se rendre à la mosquée de Paris pour assister à la prière. Quelques-jours après, avec l’aide de Michel Vâlsan, un converti d’origine roumaine, il embrasse l’islam sous le nom de Ali Abd al-Khâliq (le serviteur du Créateur), signifiant ainsi sa relation spéciale avec cet aspect d’Allah ta’âla. Ce nom Ali Abd al-Khâliq évoque non seulement l’élévation, la hauteur spirituelle, mais aussi le dépouillement, la pureté, l’engagement, l’obéissance, dans une société occidentale matérialiste et plongée, selon lui, dans la turpitude.

On notera que de la racine khalaqa dérive le mot khulq, caractère, tempérament, que Ali Abd al-Khâliq avait particulièrement agréable et doux.

Ali Abd al-Khâliq demeure un nom qui résume une histoire remplie de dons, une voix résumant une communauté dans sa spiritualité, sa croyance, ses sciences, son humanité. Ce nom restera comme celui d’un serviteur de Dieu conscient du Message dans lequel il s’est fondu, comme disent les soufis (1).

En 1946, il saisit l’occasion qui lui est offerte d’être enseignant d’anglais à Damas, et l’année suivante, il va au Caire rendre visite au métaphysicien René Guénon (1886-1951), dont les écrits l’ont fortement influencé.

Ali Abd al-Khâliq Michon a été actif au service de l’islam et des musulmans, non seulement dans sa langue maternelle, le français, mais aussi en anglais, comme traducteur, puis il a percé aussi dans la langue de la Révélation, l’arabe, grâce notamment à cheikh Mahmoud Bouzouzou, (1918-2007), doyen des exilés musulmans en Suisse, qui a appartenu à l’Association des Oulémas Musulmans Algériens (Jam’iat al-ulamâ al-muslimîn al-jazâ’iriyyîn), professeur d’arabe à l’Université de Genève et imam de cette ville, qui lui a facilité l’accès à la traduction du Coran, disponible aujourd’hui sur internet à côté de celle de Muhammad Hamidullah.

Auparavant, il avait obtenu le titre de docteur en sciences islamiques à la Sorbonne, grâce à sa thèse intitulée Le soufi marocain Ibn Ajîba et son Mi’râj. Glossaire de la mystique musulmane. A propos de sa thèse, il rappelait toujours que sans l’aide de ‘’sîdî Mahmoud’’ (Bouzouzou), dont il était devenu un ami, il n’aurait jamais pu la soutenir, étant donné la difficulté de la tâche de déchiffrer les manuscrits et de les traduire. Cela nous a été confirmé par Dr Larbi Kechat, recteur de la mosquée Eddawa à Paris, en présence du Pasteur genevois Dr Henry Babel, lors d’une conférence interreligieuse organisée en Suisse conjointement par le Centre Culturel des Musulmans de Lausanne (CCML) et l’association Cheikh Bouzouzou.

En commentant l’intervention du Dr Michon, notre ami le Pasteur Martin Hoegger de Lausanne, rapporte que ‘’Jean-Louis Michon, docteur en sciences islamiques de la Sorbonne, nous a partagé sa recherche de la beauté des religions et comment il a été initié à l’islam mystique : “Dieu est proche et le chemin pour Le rencontrer est celui du sacrifice, de la renonciation de son égo”. Alors qu’il a fait un tour du monde pour “s’envoler vers la Source, qui est la même pour tous”, il a fait l’expérience que “Dieu conduit là où Il veut, comme Il veut et quand Il veut.” Il a été frappé par l’Imam Mahmoud Bouzouzou, qui incarné l’idéal de “la paix de l’âme dans la maison”.(2)

Pour le Dr Michon, la pureté du message de l’islam et la tradition du saint Prophète Mohammad (paix sur lui) ont été gardées intactes à travers une longue chaîne de transmission par les grands maîtres du Hadith. Malgré les obstacles et les difficultés, ces éminents maîtres se battirent et déployèrent de grands efforts pour enseigner et diffuser la vérité de l’islam jusqu’à nos jours.

Le grand savant et maître spirituel Ibn Ajîba vécut dans la seconde moitié du 18e siècle, et est le seul commentateur du Coran à avoir rédigé un tafsîr (exégèse) à la fois exotérique et ésotérique (ishârî’, appelé Al-Bahr al-Madîd fi Tafsîr al-Qur’ân al-Majîd.

Jean-Louis Michon a exercé la profession de traducteur de l’anglais vers le français à l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) pendant 25 ans (1957-1972). Il a apporté une contribution remarquable à la préservation des arts et artisanats traditionnels de l’Islam, notamment comme expert auprès de l’UNESCO et des gouvernements marocain et omanais.

Il a également collaboré à diverses publications, dont les Etudes traditionnelles et Studies in Comparative Religion et, outre sa thèse, est l’auteur et traducteur de plusieurs ouvrages (3).

Nous concluons ce témoignage en priant le Tout-Puissant d’accueillir cheikh Ali Abd al-Khâliq dans Son vaste Paradis. Puisse Dieu lui accorder Sa miséricorde, l’honorer et lui réserver le Paradis comme demeure en compagnie des bienfaisants et à leur tête notre Prophète – Paix et Salut sur lui-. Et qu’il puisse accorder à sa famille, à ses élèves et à tous ceux qui l’aiment endurance et consolation.

Mustapha Habès
19 mars 2013

Notes de renvoi :

1) Article de l’auteur in Al-Bassair, Hebdo arabe, N° 643, du 11-17 mars 2013 p : 11.

2) Bulletin de l’Arzillier N° 23, décembre 2009, pages 20-12.

3) Parmi ses ouvrages :

– L’autobiographie (Fahrasa) du Soufi Marocain Aḥmad Ibn ʻAǧība (1747-1809)
– Lumières d’Islam : institutions, art et spiritualité dans la Cité musulmane
– Introduction to Traditional Islam, Illustrated : Foundations, Art, and Spirituality (a reçu le prix américain Silver Midwest Book Award for Religion/Philosophy/Inspiration)
– Sufism : love and wisdom
– Every Branch in Me : Essays on the Meaning of Man
– Traductions : Le Prophète Muhammad. Sa vie d’après les sources les plus anciennes, de Martin Lings,
– Traductions du Coran
http://www.altafsir.com/ViewTranslations.asp?Display=yes&;SoraNo=1&Ayah=0&Language=3&LanguageID=1&TranslationBook=1