Qu’y a-t-il de commun entre le berbériste qui déjeune publiquement au mois de ramadhan, le roi qui gracie un violeur étranger de 11 enfants marocains, et celui qui dispose à sa guise des caisses de l’Etat depuis 1962, semant la corruption sur terre et ruinant le pays ?

Ce sont tous des péchés. On pourrait en allonger la liste indéfiniment mais là n’est pas notre propos.

Ces trois nous suffisent, car ils sont avant tout des indicateurs du degré de la qualité de la contrainte sociale. Celle-ci est cette force qui vous pousse par exemple, à intervenir lorsque vous êtes témoins d’un acte condamnable nuisible à l’ordre social, ou simplement pour rappeler à l’ordre un enfant qui manquerait de respect à une vieille dame. La désapprobation publique est une des forces qui participent à notre éducation. Le regard des autres nous dissuade.

C’est une règle générale. Mais il arrive que cette règle s’étiole, usée par la peur de représailles, par l’excès d’injustice, ou par la lâcheté. Elle peut tomber à zéro, que Dieu nous en garde, comme lorsque vous fuyez au lieu d’apporter assistance à une personne en danger de mort. Et là c’est le désordre social absolu, la loi de la jungle qui règne.

La contrainte sociale est à la société ce qu’est la pudeur pour l’individu. La pudeur joue de l’intérieur, alors que la contrainte sociale est une force immanente extérieure.

La contrainte sociale peut être manipulée de l’extérieur. Par exemple, après l’indépendance, quand on nous montrait des couples qui se touchaient, on éteignait la TV, ou bien on se levait… Puis avec le temps, on s’est habitué, nous avons cessé même de dire un mot de désapprobation. Cela peut continuer jusqu’au jour où l’on nous montrerait des scènes totalement inacceptables en d’autres temps mais que nous regarderons sans broncher, en famille, autour de la petite lucarne ouverte sur un monde qui n’est pas le nôtre mais qui nous écrase, qui nous a vaincus.

Rien n’est innocent. Le mal n’a pas été commis par la télévision (ou le cinéma et les media en général). Le mal était en nous : nous avons laissé la contrainte sociale nous échapper, nous lui avons refusé de jouer son rôle salutaire.

Nous rions de tout même de nos valeurs les plus sacrées, on raconte des blagues infamantes envers notre religion, notre révolution, nos martyrs.

Rien n’a plus de valeur à nos yeux. Nous sommes devenus comme des paralysés, incapables du moindre effort moral.

Nous avons été tétanisés, nous sommes devenus insensibles à la perte de l’honneur (nîf), à la souffrance des pauvres, à l’oppression, à tous ces thèmes qu’évoquent si tragiquement de nombreuses chansons d’Ait Menguellat.

A l’origine de tout cela, il y a bien sûr l’absence de vigilance de tout le monde, sans pour autant omettre de signaler le rôle des puissances étrangères qui se permettent de s’ingérer dans nos pays, sans retenue aucune.

Lorsqu’une société perd soudainement ses repères comme dans le cas de l’Algérie, dès le premiers mois de l’indépendance, elle perd d’abord le sens de l’échelle des valeurs et des priorités.

On ne célébrait pas que le retour joyeux à la maison des moudjahidines qui avaient combattu à l’intérieur. Des meutes de loups qui rodaient à la frontière revenaient avec une fausse gloire, ayant en tête un plan précis pour s’emparer du pouvoir.

C’est ainsi que petit à petit le mal a fini par s’insinuer à tous les échelons de “l’administration” et même dans nos esprits.

Notre pays est devenu un immense laboratoire où l’on a essayé toutes les techniques de l’art de casser un peuple, de l’émasculer. Et cela avec la complicité de l’Etat, du sommet de l’Etat.

Trop de gens ont cédé à la tentation de la corruption. Celui qui vola 1000 dinars, osa en voler plus quand il vit que personne ne disait mot. Certains finirent par s’emparer des caisses de l’Etat. Lorsque cela finit par se savoir, on négocia avec eux pour qu’ils restituent une partie, au lieu de les traduire en justice. Yâ khouya, t’en as pris trop, radd chouya !

Le pire, c’est que tout le monde sait et tout le monde se tait, et beaucoup n’ont pas d’autre choix que d’acquiescer, car ils ont goûté eux aussi au fruit défendu.

Lorsque la racine du mal se situe au sommet, les subordonnés n’ont qu’à prendre exemple. Pire, cette attitude de complicité est devenue même un critère de l’avancement. On effectue des tests pour la mesurer, pour s’assurer que ceux qui comptent suivent bien la voie tracée.

Le roi du Maroc a signé un décret de grâce pour un violeur étranger de onze enfants marocains. Il est possible qu’un fonctionnaire abusant de la confiance du roi ait volontairement glissé le nom de ce criminel dans la liste des 48 bénéficiaires de cette grâce. Ce fonctionnaire abusant de la confiance de son roi, aurait pu agir pour tester le niveau de la contrainte sociale, évaluer la valeur du peuple et voir s’il peut tenter une “ouverture” plus grande au cas où personne ne dirait mot. Et grâce à Dieu le peuple marocain s’est soulevé comme un seul homme pour condamner cette grâce.

Le responsable quel qu’il soit, devra répondra de sa forfaiture. Il s’agit d’un acte grave qui révèle le degré abyssal de pourriture de la société et de l’Etat marocain.

La corruption algérienne et la corruption marocaine sont de même nature : elles reposent sur l’abus du pouvoir.

Lorsque le berbériste déjeune publiquement durant le mois de Ramadhan, il accomplit un acte inhabituel dans notre histoire, en prenant sur lui-même la responsabilité de son acte. Il se différencie de la corruption des deux régimes en ce qu’il vise à manifester une idée. Il n’est pas un voleur. Il cherche à dénoncer l’incurie et le laisser-aller du pouvoir en place dont nous sommes victimes.

S’il ne s’agissait que d’un refus d’observer le jeune du ramadan, rien ne l’empêchait de s’empiffrer chez lui.

Les berbéristes ont accompli un acte de révolte, qui pourrait révéler au grand jour le degré de chute de la contrainte sociale dans notre pays. Comme nous sommes plus prompts à réagir quand il s’agit de choses qui touchent aux rites religieux, cela va peut-être nous inciter à comparer le péché apparent de ce groupe, avec les violations plus graves de l’enseignement de l’islam ; comme celles touchant la gestion du trésor public, la paupérisation du pays, l’absence d’ambition réelle pour notre peuple. Le gouvernement est tout fier d’annoncer chaque année qu’il y aura du pain pour la population durant le mois de ramadan.

C’est le maximum qu’il a pu faire jusqu’ici. Nous attendons autre chose que vivoter, à toujours craindre la pénurie et l’augmentation des prix, nous aspirons à une liberté réelle, à vivre comme les autres peuples dans la fierté, l’honneur et le respect.

Cette initiative des habitants de Tizi Ouzou va manifester plus l’hypocrisie de l’Etat que la faiblesse de la foi de ces déjeuneurs, dont certains ont réaffirmé qu’ils sont bel et bien musulmans. Au lieu de mettre un contrôleur derrière tout jeûneur, l’Etat ferait mieux de se soucier de trouver un frein à la ruine du pays, en commençant par cesser de se comporter comme une bande de malfaiteurs. Un Etat qui contrevient à la loi divine, n’a pas le droit d’imposer le respect de l’observance du jeune à des musulmans, pas plus qu’il n’a le droit de collecter la zakât.

Il est fort possible que cet acte de non-violence soit l’occasion d’un sursaut salutaire si nous prenons le temps de voir comment en tirer les enseignements, si nous parvenons à faire l’évidence du lien tordu qui unit le régime aux islamistes : les uns donnant une justification au régime, et ce dernier entretenant en sous-main l’islamisme comme une menace permanente sur la sécurité des gens.

Car ce geste de Tizi-Ouzou est la conséquence directe non pas de l’”islamisation rampante”, mais de l’hypocrisie de l’Etat et de son inaction au cours des dernières 60 années. L’Etat cherche à jouer le rôle de gestionnaire de la religion, mais il n’en a pas les qualités requises. Son comportement est trop éloigné du modèle prophétique pour se prévaloir du titre de défenseur de la religion.

Ce que veulent nous dire ces déjeuneurs, c’est qu’ils agissent pour des idées, alors que toute la classe politique algérienne n’a rien d’autre en vue que de s’en mettre plein les poches.

Dans notre pays c’est l’hypocritisation de la société qui est rampante (passez-moi ce néologisme). Où irions-nous si le régime continue sur cette voie ?

Notre réaction est épidermique à tout ce qui nous déplait. Nous avons tendance à anathématiser et à vouer aux gémonies, même lorsque nous nous désolidarisons des takfiristes. Difficile de nous départir de nos habitudes; tout cela par paresse intellectuelle.

Les causes des comportements des gens ne se résolvent pas par le takfir et n’en deviennent pas plus claires et évidentes. Elles sont plus sophistiquées qu’il n’y parait à première vue et ne peuvent être résolues par un traitement unique.

La réflexion est donc indispensable.

Rappelons-nous que lorsque le SIDA est apparu beaucoup le perçurent comme un châtiment divin. Pas seulement les musulmans. Il y a peut-être du vrai en cela. Mais devait-on rester les bras croisés face à ce fléau, et attendre qu’il s’en aille de lui-même. Des hommes y ont vu une maladie et se sont mis à l’étudier, à en identifier la cause, à en chercher le fonctionnement du virus et les moyens de le contrer.

Nous n’avons à nous mêler des péchés des autres et surtout pas en faire un motif pour les excommunier. A part ceux qui sont clairement définis comme tels par le Coran et qui sont rares.

Le Coran nous interdit de dire : “Tu n’es pas un croyant !” à celui qui se dit musulman.

Les sociologues occidentaux avaient illustré la définition du “fait social” en affirmant que lorsqu’un chrétien devient musulman, il s’agit d’un fait personnel et individuel, alors que lorsqu’un musulman devient chrétien, il s’agit d’un fait social.

Ils voulaient dire par là que la société musulman est d’une force de cohésion sociale telle qu’elle prend soin jalousement de tous ses sujets, parce que l’islam leur confère un foi si puissante qu’il faut qu’elle soit vraiment atteinte par un coup extrêmement dur pour qu’elle perde un seul de ses éléments. On peut la comparer à cette construction renforcée par du plomb (on dirait aujourd’hui en béton armé) qui la protège contre tout perte et la rend indestructible grâce à l’esprit de solidarité qui les unit.

Le Coran nous ordonne de faire preuve de dureté envers les impies qui nous combattent et d’être pleins de compassion entre nous les croyants. Or malheureusement nous assistons parfois à des agissements qui sont à l’inverse de cette recommandation.

Le takfîr, la menace ne sont pas productifs et ne plaisent pas à Dieu qui recommande la douceur la sagesse et la bonne exhortation en plusieurs versets du Coran ; C’est à la promotion d’un tel esprit que devrait s’atteler un Etat musulman, pas à jouer les inimitiés entre les croyants et à semer la zizanie entre eux.

Abû al-‘Atâhiya
6 août 2013