Les musulmans de France et de par le monde sont appelés, euphémisme pour dire ‘sommés’ par une certain intelligentsia ‘frenchie’, aux valeurs universelles sélectives, de condamner et de se désolidariser avec ceux autoproclamés représentants de l’Etat Islamique en Algérie, et envers cet acte criminel contre l’alpiniste français Hervé Gourdel. L’acte odieux condamnable, n’est pas sujet à interprétation ou une quelconque équivoque, un crime reste un crime quelle que soit sa victime et quel que soit son auteur. Là où l’intrigue et le manque d’intégrité morale s’affiche effrontément, c’est lorsque pareils appels ne sont lancés que dans ‘une situation’ spécifique, qui encense ‘un état d’esprit’ qu’on veut graver et un carcan qu’on ne cesse d’utiliser.

On est en droit de se demander pourquoi demande-t-on aux musulmans de se désolidariser avec un groupe autoproclamé, autour duquel planent tant de questions, de doutes et d’aversion, et avec qui ils n’ont ni relation, ni respect ni la moindre sympathie, tout au contraire. Demander aux musulmans de se désolidariser, c’est une manière implicite et sournoise pour dire qu’ils sont solidaires, et ils se doivent de se désolidariser, ce qui est malhonnête per se.

Comment peut-on demander aux musulmans de se désolidariser avec un groupe avec lequel ils n’ont jamais exprimé la moindre solidarité ? En quoi les musulmans (en général, puisque c’est à eux que l’appel est dirigé) sont-ils responsables de ce crime ? Est-ce que cette logique est appliquée à toutes les communautés ou bien reste-t-elle l’apanage et l’exclusivité des musulmans coupables d’abord et toujours ?

De ce qui suit en découle une équation, on ne peut plus clair :

Le ‘musulman’ est coupable et condamnable par définition et éternellement même quand le crime est commis en son nom et qu’il en soit sa propre victime (bébés, femmes et civils à Gaza).

Le ‘juif’ est victime par définition et éternellement même quand il commet des massacres documentés au vu et su de tout le monde. N’a-t-on pas vu certains chantres d’une certaine variante de tolérance, de démocratie et autres valeurs universelles visqueuses, au lieu de condamner ceux qui ont lâchement assassiné les centaines de femmes et d’enfants, dernièrement à Gaza, au lieu de cela ont eu le culot d’accuser les victimes et leurs parents d’avoir… obligé leurs assassins à recourir à ces bombardement ? C’est à peine si on n’entendait pas, leurs sympathie envers les assassins ‘malgré eux’, et leur chapelets de condamnation à l’égard des corps déchiquetés qui ont eu ‘l’indélicatesse’ d’embarrasser leurs tueurs par la barbarie de leur actes, ce qu’ils ont appelé ‘telegenically dead Palestinians’, où l’un d’entre eux a eu cette ‘réflexion’ in live “all those crazy Arabs are getting themselves killed just to make Israel look bad”. C’est ainsi que cette caste de biens pensants, exprime sa sympathie aux bébés massacrés !

Pour lever toute équivoque je tiens à préciser que l’utilisation de ‘juif’ et de ‘musulman’ est une utilisation neutre, de fait, sans la moindre connotation, négative ou positive. On est ou on n’est pas juif, de même pour le musulman, il n’y rien de répréhensible ou de louable du simple fait direct de l’appartenance à cette confession ou l’autre, chacun est libre et responsable de sa foi. Ce qui est par contre répréhensible ou louable, c’est l’acte que commet celui-ci ou celui-là. De là, l’agression sioniste n’est pas répréhensible parce qu’elle est juive, mais parce qu’elle est criminelle, commise par une entité occupante contre un peuple occupé, et cela indépendant de la foi de l’un ou de l’autre. Je précise cela afin d’éviter tout amalgame qui risque de dévier du vif du sujet et nous entrainer dans les méandres des vindictes et stéréotypes pour ne pas dire catégoriquement l’accusation d’antisémitisme devenu la mode et l’ère du temps par tous ceux qui excellent dans l’art de caresser dans le sens du poil , allégeance et opportunisme obligent.

Deuxième précision : il est difficile de ne pas remarquer le ‘double standard’ utilisé par les médias lourds, principalement français et leurs arrière cours, qui sont si prompts à brandir l’accusation d’antisémitisme et la levée de bouclier, à l’encontre de quiconque qui oserait parler de journaliste ‘juif’ ou d’écrivain ‘juif’, mais qui trouvent par contre tout fait normal qu’on parle de penseur, écrivain, juriste ‘musulman’. Pourtant, le fait de décrire l’appartenance des gens n’est aucunement préjudiciable, et si elle devait être condamnable elle devrait l’être de manière uniforme et non sélective. Un exemple effarant de ce daltonisme politique, nous est donné par la déclaration récente du chef du gouvernement français, Manuel Vals, qui considérait qu’ “il est impossible d’être antisioniste (qui est un courant politique) sans être antisémite ?”. Ainsi, après l’épée de Damoclès d’accusation d’antisémitisme contre toute critique de la politique d’Israël, on est ainsi passé à une vitesse supérieure, celle de l’amalgame entre antisioniste et antisémite, quelle sera la prochaine marche ?

Je reviens à l’appel après le crime contre l’otage français. On remarque que cet appel n’est pas dirigé vers les ‘islamistes’, mais plutôt aux ‘musulmans’, ce qui dénote de l’arnaque de ceux qui nous ont servi la litanie d’argument foireux selon lequel, ils n’incriminent pas ‘la majorité musulmane’ dans leur vindicte, mais que leurs accusations concernent uniquement les ‘islamistes’. Comment justifient-ils donc leur demande aux ‘musulmans de se désolidariser’ ? S’agit-il d’un ‘lapsus’, ou bien est-ce la preuve qu’au fond d’eux-mêmes, ils ne font aucune distinction, révélateur de l’amalgame non innocent entretenu à dessein.

Lorsque les USA avaient envahi l’Irak sous prétexte d’armes de destruction massives, dans une guerre criminelle qui a coûté la vie à des centaines de milliers de civiles, soit directement du fait de bombardement ou dû au blocus assassin qui a privé le peuple irakien de médicaments et autres produits de première nécessité, des ‘preuves’ qui se sont révélées un leurre, de l’aveu même de Powell, qui alors avait exhibé sa fameuse fiole aux Nations unies. Personne n’a jugé utile d’appeler les Américains à se désolidariser de cet acte belligérant criminel à l’encontre d’une autre nation souveraine, bien que les Américains soient effectivement ‘solidaires’ de leur pays, ils y sont des citoyens et se reconnaissent dans tout ce qui a relation avec ce pays ! La même chose concernant les soldats de cette même force d’occupation US, qui avaient commis des crimes de guerre et contre l’humanité (Abu Ghrib et autres massacres de civils révélés par leurs propres auteurs). Là également personne n’a jugé utile de demander aux Américains de se désolidariser des auteurs de ces actes commis par des soldats d’un Etat, d’une super puissance.

Idem, concernant les crimes de Tsahal, où personne ne s’est donné la peine de demander aux ‘juifs’ de France ou du monde, de condamner Israël, et de se désolidariser de ses crimes qui ont coûté la vie à des centaines d’enfants et de femmes (73% de civils selon les Nations unies, dommage collatéral, rien que ça !) puisque les ‘juifs’ sont des citoyens par définition de cet Etat avec qui ils solidarisent et qu’ils soutiennent pleinement. On peut citer une série d’exemples intarissables de cette arnaque.

Seulement cette demande reste ‘exclusive’, elle ne concerne que les ‘musulmans’, qui sont ‘sommés’ à chaque fois de ‘démontrer’ leur innocence, et de les mettre ainsi indéfiniment dans le fauteuil ingrat de coupable, et otage de carcan, de stéréotype et d’être responsable de tous les maux, pour pérenniser l’image coupable du musulman, celle de ‘hydre’ à visage humain, de coupable de prime abord, jusqu’à preuve du contraire.

Rachid Ziani-Cherif
28 septembre 2014