Ce 8 décembre 2015, date de l’Immaculée Conception, un “Jubilé extraordinaire”, hors du rythme ordinaire des Jubilés, a été inauguré. En ouvrant les portes de la basilique Saint-Pierre, le pape prononce en italien la formule rituelle : « Ouvrez les portes de la justice » ! Le pape François avait insisté sur l’actualité du Concile Vatican II (1962-1965), le jubilé ayant été décidé pour commémorer sa fin il y a 50 ans. Celui-ci, a-t-il souligné, “a été une véritable rencontre avec les hommes de notre temps”, et incita cette “Eglise poussée par l’Esprit Saint à sortir des obstacles qui l’avaient refermée sur elle-même”. Les “obstacles”, ici, désignent certains dogmes imposés par l’Eglise durant les siècles précédents, à ne citer que ceux qui donnèrent lieu à l’antisémitisme ! D’autres Portes saintes seront ouvertes dans les différentes cathédrales du monde, pour participer à cette célébration. Le pape a innové, et voulu ouvrir le jubilé au plus grand nombre. Dimanche dernier, il avait ouvert la Porte sainte de la cathédrale de Bangui, par anticipation, et déclara : “Que le peuple de la Centrafrique devienne le cœur du monde” ! La Centrafrique a fini par être à 80 % de chrétiens et 10 % de musulmans, d’où cet intérêt “cardiaque” qu’il espère imposer à tout le monde !

Si l’initiative du pape François s’inscrit dans sa démarche visant à rendre l’Eglise plus ouverte et plus tolérante, il y a toujours une autre facette à ses gestes. Le 1e septembre 2015 n’a-t-il pas demandé aux prêtres de pardonner à toutes les femmes catholiques qui ont avorté ou provoqué l’avortement ? La tolérance ici se rapporte aux dogmes, bien sûr, mais changer les dogmes de nos jours, sous n’importe quel prétexte politique, social ou religieux, prouve que les dogmes sont variables, que cette variabilité crie haut et fort qu’ils ne sont point révélés, mais dépendent de la fantaisie des circonstances ecclésiastiques. Pour preuve, l’idée du jubilé remonte à sept siècles, c’est-à-dire : Jésus n’en a aucune idée, comme d’ailleurs la formation même du christianisme, qui eut lieu, surtout pour l’essentiel, le long des quatre premiers siècles et tout ce qui s’en suivit.

La grandeur inouïe de cette festivité voulue, revient au fait que le pape veut le faire “Un évènement planétaire, célébré pour la première fois dans le monde entier” : c’est pourquoi la cérémonie inaugurale a été transmise en mondovision. Mais en réalité, cette longue célébration d’un an, non seulement elle vise à raviver la foi de 1,2 milliard de catholiques qui s’est affadie, et pour cause, mais cette fanfare et cet exhibitionnisme fallacieux, s’inscrivent, selon Vatican II, sous le signe de l’œcuménisme et de l’évangélisation du monde !

Un faste pas très catholique

Un spectacle son et lumière sur la façade de la Basilique Saint-Pierre, projetant de magnifiques photographies sur la nature, donc en relation avec la fameuse COP 21, termine l’inauguration du jubilé. Cette œuvre d’art impressionnante offerte au pape François a été projetée et retransmise sur tous les réseaux. Réalisée par un groupe des plus grands photographes et cinéastes mondiaux, cette production fabuleuse a été financée par des organismes mondiaux et des multinationales qui dépendent de la Banque Mondial. Parmi les donateurs : Le “Connect 4 climat” en rapport avec le ministère italien pour l’environnement, il promeut aussi l’avortement, les théories du genre, l’égalité hommes-femmes et autres folies destructrices ; la “Vulcan Inc. ” de Paul Allan qui explore les frontières de la technologie et de la connaissance humaine, travaille pour changer le futur, et il est le co-fondateur de Microsoft ; la “Li Ka Shing Foundation”, courroie de transmission du globalisme, se lance à travers l’éducation et la santé ; l’”Okeanos foundation” qui investit dans le climat ; et l’”Obscura Digital” qui travaille à changer le monde. Tous ces donateurs ne sont, en fait, que des agents de la mondialisation et du changement en préparation.

On est étonné de voir le pape François, qui se dit “fervent défenseur des pauvres, des banlieues, des sans-dents”, accepter un cadeau pareil de cette Banque et ses milliardaires, dont le but n’est autre que réaliser toujours plus de profits pour des financiers qui sont déjà milliardaires ! S’il est une signification qui ressort de cette mésaventure papale, c’est l’indéniable preuve de la face, qui se croit cachée, mais qui implique le pape, son Vatican, son Saint-Siège, et les enfonce dans le NOM. D’autres preuves ou préparations ont déjà été démontrées dans l’article intitulé :”Le Nouvel Ordre Mondial et la religion d’Astana”.

Vatican II

Pour ceux qui ne le savent pas, Vatican II a promulgué 4 Constitutions, 3 Déclarations, et 9 Décrets de format très varié. Il a formé deux conseils papaux, l’un pour l’évangélisation du monde, l’autre pour l’œcuménisme et le dialogue interreligieux. Les principales décisions : Il a réhabilité les juifs du meurtre déicide, grâce au perfide document Nostra Aetate. Après les avoir maudits pendant presque 2000 ans, et leur fit subir tout ce qui est écrits dans les minutes des Conciles ou des références historiques. L’effet de cette dérision sur les adeptes est une des causes principales de leur éloignement de l’Eglise. De même, il planifia l’élimination du communisme dans les années 80, y compris la théologie de libération, pour que n’y demeure aucune concurrence au capitalisme, auquel le Vatican est intimement lié ; planifia l’éradication de l’Islam dans les années 90, afin que le troisième millénaire commence avec un monde tout christianisé. Et pour la première fois de sa vie, l’Eglise/Vatican II imposèrent la participation des laïcs et des églises locales à l’évangélisation du monde. C’est pourquoi il fallait l’appeler “le désastreux Concile” et non célébrer son cinquantenaire !

Ceux qui ont suivi les écrits promulgués par Vatican II, saisiront que la grande fraude commise dans le document intitulé Nostra Aetate, à l’égard des juifs, contredit foncièrement les dogmes du christianisme, et savent très bien que ce concile a été infiltré par le cardinale Béa, qui endossa le projet de leur réhabilitation avec les prêtres d’origine juive, convertis, et contribuèrent à faire avancer les déviations de Vatican II. Sans ces convertis au catholicisme l’Eglise ne serait pas tombée dans ces concessions et ces compromis à l’égard de ses dogmes et ses écrits.

Les 6 millions de morts Juifs auxquels il faut croire, coûte que coûte, a été imposé au monde par le tribunal Nuremberg. La première pancarte signalant la shoah comprenait 1.5 millions, cf. Roger Garaudy : “les mythes fondateurs d’Israël”, et autres références. Selon Nostra Aetate, l’Eglise ne parle plus de sa mission à l’égard des Juifs, mais regarde vers le jour qui verra «tous les peuples s’adresser au Seigneur d’une seule voix » ! Ce qui sous-entend : la christianisation des musulmans, étant ceux qui représentent plus d’un milliard et demi, et dont la foi renie catégoriquement la déification de Jésus, sa filiation divine, (incompréhensible même de ses adeptes), sa résurrection et le fait de s’être assis à la droite de Dieu qui est lui-même !

Tout ce qui se passe sur terre depuis l’imposture du 9/11, et tout ce qui en découle, n’est-il pas la réalisation de cet infâme décret de christianiser les musulmans et d’éradiquer m’Islam ?! N’est-il pas temps de revoir tous ces décrets racistes et discriminatoires, qui visent à déraciner les musulmans et leur imposer une foi façonnée à travers les papes et les conciles ?

Encore une célébration à venir : le 16 décembre 2015, un grand rassemblement se prépare au siège des Nations Unies, pour célébrer le 50e anniversaire de Nostra Aetate “qui a marqué la fin de la haine chrétienne du judaïsme”, comme dit Bernard-Henri Lévy qui rencontra le pape ce 9 décembre, accompagné du grand rabbin David Rosen et l’américain Michael Landau, en réunion de travail, pour fixer la méthode et les buts de cette réunion qui se préparent en collaboration avec le Yad Vashem, qui semble guider le Vatican du bout du nez !

Une sécurité hors norme

« Rome est en état de siège », affiche l’Observateur avec raison ! Un important dispositif de sécurité autour des événements du Jubilé a été imposé : Barrage routier, militaires lourdement armés dans les transports ; en accord avec les forces militaires et les autorités de l’aviation civile, une “no fly zone” (zone interdite de survol) est établie autour de certains sites ; un protocole particulier a été prévu pour les drones inconnus ; tout le quartier de la place Saint-Pierre a ainsi été requalifié en “zone rouge”, avec des patrouilles de police et de l’armée. Les nombreux vendeurs et guides amateurs n’ont plus droit de cité. Plus de 3.000 policiers, militaires, carabiniers mobilisés, des cuirassés, des rues interdites à la circulation, 300 lits supplémentaires dans les hôpitaux, des mesures de sécurité et des contrôles tatillons, comme celui des sacs à l’entrée de la place. Des agents en uniforme et en civil patrouillent aux arrêts de métro et dans les rues. Tout cet état de siège n’est point pour un seul jour, mais il semble qu’il durera jusqu’au 20 novembre prochain ! Pour ne rien dire des 2500 “volontaires” de l’Ordre Souverain de Malte, la milice secrète du Vatican, mobilisés à Rome et resteront déployés un an à place Saint-Sulpice.

Des dessous pas très catholiques

Le pontificat de François semble être à un tournant. Trois incidents ternissent récemment la papauté, pour ne rien dire de tout ce qui lui porte atteinte depuis des siècles et l’accablent lourdement. Les Vatileaks saison 2 : deux livres qui révèlent des frasques financières avec des photocopies de documents réservés qui mettent en évidence “le manque de transparence, de clarté et de propreté” dans l’Eglise. Pourtant, ces frasques ne sont pas les seules à allonger leur ombre sur cette Institution. Le 5 octobre, peu avant l’ouverture du synode sur la famille, la sortie de monseigneur Charamsa qui déclara publiquement ce jour-là non seulement son homosexualité qui pouvait conditionner lourdement les pères synodaux, mais parla de 8000 sosies, au Vatican, mais la phrase a vite été biffée et disparu de circulation ; puis la lettre réservée au Pape, signée par 13 cardinaux et rendue publique le 11 octobre, qui dénonçait le caractère peu démocratique du déroulement du synode. Tout ce hurlement interne ne dévoile-t-il pas quelque chose de macabre qui se meut dans ces murs pieusement protégés ?

Quant au fait de placer ces festivités extravagantes sous le signe de l’Immaculée conception, là aussi c’est un calfatage pur et simple, car Marie sans péché ne figure pas dans l’Évangile, exactement comme la Transfiguration et la Résurrection qui, eux aussi, ont été tissé plus tard. Les deux dogmes de l’Immaculée Conception et de l’Assomption datent respectivement de 1854 et de 1950, et sont liés à la déification de Jésus, inventée et imposée au premier concile de Nicée en 335. Jésus ayant été fait vrai Homme et vrai Dieu, il lui fallait une Maman qui soit à la hauteur ! À noter que l’Assomption n’a même pas été décrétée par un concile, mais par la pure fantaisie d’un pape au milieu du XX° siècle !

Pour revenir au fameux et luxueux jubilé, Bergolio ne l’a point étendu aux dimensions de la planète parce qu’il espère faire partager et vivre l’expérience de la miséricorde, mais pour évangéliser les peuples. Un journaliste demanda un jour à Jean-Paul II qui eut aussi son jubilé : que pensait-il du nombre de ceux qui quittent l’église ? Il répondit calmement avec un large sourire : “Peu m’importe, il me suffit ceux qui y rentrent en Afrique” !

À propos de l’Afrique, outre les tueurs classiques ou traditionnels que sont le paludisme, le VIH-Sida, la famine, le terrorisme cléricale, la colonisation depuis cinq siècles et son ombre macabre, l’évangélisation, la famine et la mort rôdent impunément sur le continent qui souffre, depuis des siècles, de l’avidité des deux innommables fléaux : l’Occident chrétien raciste, accaparateur, et l’institution vaticane qui, tous deux, ne voient l’Afrique qu’à travers leur rapacité vorace : “un continent qui nage sur des trésors variés”. Puissent les photos qui suivent, le résultat de leur Grande Œuvre de colonisation, d’évangélisation, et de géométrie extrêmement variées, réagir sur leur conscience et les fassent penser et agir humainement…

Zeinab Abdelaziz
12 décembre 2015